09/03/2012

AIR Amour Imagination Rêve

028125c6c81e0a5a113dde05e286610020080705104648.jpg

Deux génies que l'on ne devrait plus présenter, mais vu la sortie de leur dernier bijou, il me doit de rafraîchir les mémoires. 

Un lieu noble pour la rencontre de ces virtuoses de la musique, Versailles... C'est à l'école, que la fusion s'est créée entre Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin. En 1980, ils forment un premier groupe qu'ils appèlent Orange, et qui, malheureusement, ne laissera aucune trace discographique de son existence. Ils entreprennent leurs études, JB de mathématique et Nicolas d'architecture, et s'éloignent de la musique jusqu'en 1995, ou ils formeront AIR. (YESSSS!!) Leur électro-pop fantasmagorique bouleverse la scène internationale, les Français eux, ne réalisent pas encore très bien se qu'il se passe, et mettront quelques années avant de se réveiller... 

A deux pas de la musique d'ascenseur, ils en sont à dix mille lieus... Les groupes ayant tenté de les copier sont tous tombés dans le panneau. Bha oui, nos charmants cosmonautes font preuve d'une précision chirurgicale inégalable quand il s'agit de musique.

Moon safari, leur premier album, remportera un succès mondial. Leur carrière est une succession de bonnes rencontres, aux bons moments, aux bons endroits. JB: "par exemple pour Virgin Suicides, c'est une histoire de dingue. Nous sommes allés voir Mike Mills à Los Angeles, car nous aimions ses photos et nous souhaitions travailler avec lui pour nos vidéos. Nous avons donc été présentés à son associé, Roman Coppola, qui a récupéré notre disque dans la foulée. Il l'a fait écouter à sa soeur Sofia qui, elle-même, a voulu travailler avec nous. Ca a donné Virgin Suicides, Lost in translation, Marie-Antoinette..." J'adore ce genre d'histoires!


Ce qui est également intéressant à savoir les concernant, c'est d'où vient leur passion pour l'espace. Et bien c'est très simple, étant tous les deux nés en 1969, peu de temps après que l'homme ai marché sur la lune, ils pensaient qu'en 2000, on aurait des rayons lasers et qu'on prendrait l'avion pour mars "comme on va à Brest". Plus le temps passait, plus 2000 approchait, et plus leurs rêves d'enfants se heurtaient à la réalité des faits. Toute leur discographie témoigne de ce désir de s'échapper dans une autre dimension, de prolonger cet énorme espoir qu'ils nourrissaient depuis tout petits.

Venons-en à leur dernier album. Le voyage dans la Lune s'applique à l'oeuvre cinématographique de George Méliès datant de 1902. C'est une mise en scéne muette, de style science fiction, qui illustre un voyage aller-retour sur la ...?! Lune, oui! Nicolas: "On connaissait le film sans le connaître. On était plus familiers avec le travail de cinéastes et publicitaires s’étant inspirés de Méliès, comme Terry Gilliam. C’était un peu poussiéreux comme cinéma pour nous, le genre qu’on regarde pour se cultiver plutôt que par intérêt. La couleur nous a donné un nouvel angle d’appréciation, et on voulait que notre musique fasse de même. On voulait quelque chose de très émotionnel et artisanal, mais qui ne soit pas désuet et obsolète dans quinze ans."



Dans cet album, les deux commandants de bord du vaisseau Air savent de quoi ils parlent et nagent comme deux poissons dans l'eau. Qui l'aurait mieux fait? 

Ecoutez et savourez...

ID