08 mai

21:00 Sébastien Tellier

sebastien-tellier.jpg

Chers vous tous, sortez l'accoutrement "cosmo", car c'est sur la planète Tellier qu'on va aller faire un tour...


En plus d'avoir savouré son dernier album My God is Blue comme peu d'album en 2012, je me suis tout simplement éclaté! Fous rire, exaltation, frissons, il a eu de moi tout ce qu'un artiste pourrait attendre comme réactions d'un fan.

Depuis 2001, ce fantasque et farfelu personnage n'a pas chômé... Ce monde décallé dans lequel il vit, lui aura fait écrire des albums sur le sexe, la politique,... d'une façon dont lui seul à le secret.

Il a ce truc qui nous amène à nous demander comment il fait pour prendre les choses si peu au sérieux et à autant s'aimer! Je n'ai aucun mal à l'imaginer se faire des bizoox à lui même avant de s'endormir... Et si j'avais l'opportunité de lui poser une seule question, elle serait; "Raconte! Ça fait quoi?" Et je suis persuadée que la réponse serait "Tu sais pas c'que tu loupes..."

Revenons-en à My God is Blue. A peine sorti, ce quatrième album fait déjà parler de lui de par son clip Cochon Ville, cencuré sur Youtube après quelques jours. Soigné et érotique, le clip met en scène Tellier déguisé en Gourou aux commandes d'un culte orgiaque, il est entouré de  gens tout nus, filmés au ralenti se promenant tout naturellement avec des pétards dans l'p**, on y voit également des fessées à gogo, des giclages de lait concentré et j'en passe... Maintenant, tout à été flouté, mais la voici.


Un opus pop entre années 70 et futurisme, intrigant qui s'écoute en apesanteur.

Pour cet album des plus kitsch, Tellier revendique l'absurdité et a envoyé la purée avec dérision. C'est bon!


ID

21:00 Écrit par ID dans Musique | Commentaires (0) | Tags : sebastien tellier, cochon ville |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.